LaTribune : Sortons du bois, par Vincent Dumont

On vit une époque formidable !

Peut-être la plus exaltante qu’ait connu notre profession depuis des décennies.

Une époque où l’accélération de la transformation – en premier lieu de la transformation digitale – bouleverse tous les codes chez nos clients : montée en puissance des FANG, mutation des systèmes de distribution, mutation des référentiels managériaux, … les changements de paradigmes sont nombreux, profonds et irréversibles.

La digitalisation de nos relations, et en particulier des relations de l’entreprise avec l’ensemble de ses parties-prenantes, a pu faire croire à certains que le live, la rencontre, l’échange dans la vie réelle, faisaient désormais partie des arcanes du passé. Mais, nous l’observons chaque jour, il n’en est rien : pour émerger, chaque jour, dans un monde où l’économie de l’attention devient un enjeu majeur, nous avons besoin de nous voir, d’échanger, de nous toucher, … bref de prendre une bière ou un café !

Qu’il s’agisse des marques qui ont besoin de nouer des liens avec leurs consommateurs, des entreprises qui ont besoin d’imaginer de nouveaux modèles avec leurs prescripteurs/distributeurs ou des dirigeants qui ont besoin d’engager leurs équipes – manageurs et collaborateurs – en donnant du sens à leur travail, chacun requiert des espaces d’échange in real life !

Mais si nous n’investissons pas davantage et différemment dans ce formidable territoire de la rencontre, en intégrant les nouveaux codes qui le régissent, d’autres le feront à notre place. Déjà de nouveaux acteurs apparaissent, qu’ils viennent de l’univers du change, du conseil, de l’éditorial ou du digital. Ils ont compris que le live constituait un point de passage obligé dans la connexion des publics pour générer de l’attention, de l’adhésion et de l’engagement.

Alors sortons du bois !

Investissons ces nouveaux territoires, avant que de nouveaux acteurs sachent, mieux que nous, capter et intégrer ces enjeux de transformation. Nous possédons une ressource exceptionnelle, celle d’organiser la rencontre. Mais nous pourrions perdre le bénéfice de ce capital-ressource, si nous le mettons insuffisamment en perspective de l’évolution des attentes de nos clients dans les prochaines décennies. Cette évolution suppose une montée en compétence de nos agences et surtout une ouverture vers de nouvelles expertises, de nouveaux profils qui nous permettront d’être au rendez-vous de l’événement de demain.

Vincent Dumont, Directeur Général de Chaïkana 

2018-06-13T00:35:36+00:00